Frantz Fanon International

Derniers articles

  • LLAMADO DE NAIROBI

    Despues de la Controversia de Valladolid, los constructores de Imperio, esclavistas, colonialistes, capitalistas, han tenido, en todas las épocas y bajo formas diferentes la pretensión de justificar “naturalmente y socialmente” sus exacciones utilizando supuestos saberes a propósito del “alma”, del psiquismo y de la cultura de los dominados.
    Desde las« teorias » llamadas de la inferioridad biológica del cerebro de los colonizados hasta la especulaciones sobre el deseo de colonización de los pueblos víctimas de las conquistas coloniales, este camino obscuro nos conduce hasta las “teorias de la degeneración”, que afectaría a los proletarios y a los oprimidos, hasta los racismos “culturales” y a las teorías “justificantes” del “choque de civilizaciones”.
    Recordemos las tesis escandalozas de la “Escuela Psiquiatrica de Alger” que en los años popularizó la idéa del “primitivismo magrebino” y, en la misma (...)

  • Frantz Fanon l’importun

    , par Christiane Chaulet Achour

    Intervention de Christiane Chaulet Achour, Professeure de littérature comparée à l’Université de Cergy-Pontoise, auteure de Frantz Fanon l’importun (Montpellier, éd. Chèvre-feuille étoilée, 2004)
    La lecture des œuvres de F. Fanon a commencé pour moi, tout naturellement, à l’université d’Alger, en 1963 alors qu’il était une référence constante dans mon environnement, liée, bien évidemment, à son implication profonde dans la guerre de libération algérienne. On a beaucoup parlé depuis du côté stérilisant pour les écrivains et leurs textes des commémorations et hommages qui ont une nette tendance à niveler tout ce qui pourrait gêner un discours dominant. C’est en partie vrai. Mais lorsqu’on met entre les mains de jeunes étudiants -ce qui fut mon cas - les textes de Fanon, ils ne peuvent pas ne pas faire effet par eux-mêmes et contourner les discours figés.
    Y revenir aujourd’hui alors qu’il est tellement oublié en (...)

  • Autopsie d’un discours

    , par Dany Laferrière

    AUTOPSIE D’UN DISCOURS
    par Dany Laferrière
    On parle de Sarkozy au Québec, comme si on vivait à l’autre bout du monde, et qu’il ne nous parvenait que de bons échos d’un homme dynamique et volontaire qui tente de réveiller une France endormie. J’entends des chefs de parti politique et même des intellectuels en causer, ici, avec une admiration mal contenue pour son arrogance qui leur semble une qualité de « vrai chef ». On sait pourtant combien l’arrogance est pourchassée au Québec. La moindre trace d’arrogance chez un intellectuel ou un homme politique, et il est mort. On ne l’écoute tout simplement plus.
    Pourtant dès qu’il s’agit de Sarkozy, nous voilà bavant de plaisir à l’entendre accuser les pauvres de paresse, menacer les Africains de les retourner chez eux, et traiter impunément les Arabes et les Noirs de « racaille » sous l’œil goguenard du philosophe Alain Finkielkraut qui a osé affirmer que la (...)

  • 23/01/07 : Frantz Fanon, une pensée d’hier face au choc des civilisations actuel...

    , par Victor Permal

    Premier préalable (Les Damnés de la Terre) :
    « ... il importe de ne point parler rendement, de ne point parler intensification, de ne point parler rythmes. Non, il ne s’agit pas de retour à la Nature. Il s’agit très concrètement de ne pas tirer les hommes dans des directions qui les mutilent, de ne pas imposer au cerveau des rythmes qui rapidement l’oblitèrent et le détraquent. Il ne faut pas, sous le prétexte de rattraper, bousculer l’Homme, l’arracher de lui-même, de son intimité, le briser, le tuer. »
    Deuxième préalable :
    « Encore une fois, l’objectif du colonisé qui se bat est de provoquer la fin de la domination mais il doit également veiller à la liquidation de toutes les non-vérités fichées dans son corps par l’oppresseur. »
    Fanon a commencé par traquer chez lui l’aliénation qui lui semblait la plus fondamentale, c’est à dire admettre ce que l’on disait avant lui du noir ou du nègre. Il a interrogé (...)