Cercle Frantz Fanon (Paris)

Pour Haïti !

1- le Cercle Frantz Fanon - Paris (fondateur : Marcel Manville) *compatit à la douleur et à la souffrance du peuple haïtien,et lui manifeste sa solidarité agissante*. Il salue la dignité du peuple haïtien dans l’épreuve, et son énergie pour trouver les moyens de survie au quotidien, et pour organiser en son sein, selon des modes improvisés mais disciplinés, la distribution de l’aide internationale.

2- Le Cercle s’interroge sur l’organisation de cette aide et notamment :

a) Sur le relatif effacement des Nations-Unies qui devraient naturellement prendre en charge la responsabilité des secours internationaux,* aider la police haïtienne à se redresser et à assurer elle-même la garantie de l’ordre*,

b) sur sa militarisation par les Etats-Unis, qui en premier geste envoient dix mille soldats et prennent le contrôle de l’aéroport de Port-au-Prince. Rien ne prouve qu’il soit utile d’envoyer des soldats alors que contrairement à ce qu’on peut entendre sur de nombreux médias, la population ne se livre pas au pillage, respecte les commerces encore en activité ou créés spontanément par les familles, s’organise spontanément avec des moyens de fortune qui paraissent maîtrisés autant qu’il est possible dans une situation de catastrophe naturelle majeure.

c) sur le rôle de certains médias qui véhiculent des images et clichés malvenus sur Haïti, bien dans la logique néo-coloniale qui fait revivre les fantasmes du passé sur ’’cette démographie galopante, ces masses hystériques, cette cohorte sans tête ni queue’’ (Frantz Fanon, ’’ les damnés de la Terre’’). Heureusement, d’autres médias (dont certains reportages de RFI, de l’Humanité et du Monde - entretien avec Dany Laferrière - ) rendent mieux compte de la situation, avec un véritable esprit de solidarité.

3- le Cercle Frantz Fanon, qui avait célébré, avec l’aide de l’Unesco, la commémoration du bicentenaire occulté de la Révolution haïtienne en 2004-2005, rappelle le rôle des grandes puissances dans l’appauvrissement et la marginalisation d’Haïti, et appelle à la conception d’un plan global de reconstruction du pays, sous l’égide des Nations-Unies et dans le respect de la souveraineté du peuple haïtien.