LIBYE : UNE AGRESSION IMPERIALISTE !

, par Demba Moussa Dembélé Ligue internationale de la lutte des peuples Vice-président du Réseau international Frantz Fanon

LIBYE : UNE AGRESSION IMPERIALISTE !

Demba Moussa Dembélé

Economiste, Dakar

Depuis samedi 19 mars 2011, la Libye est soumise à un bombardement intensif de la part
des Etats-Unis, de la France et de leurs alliés de l’Organisation du Traité de l’Atlantique
Nord (OTAN). Si l’on en croit les dirigeants de cette organisation, véritable bras armé de
l’impérialisme occidental, ces attaques visent à imposer une zone d’exclusion aérienne
pour « protéger » les populations libyennes contre les armées de Kadhafi ! En vérité, la
prétendue protection des civils n’est qu’un prétexte pour envahir la Libye.

Le rôle des membres africains du Conseil de Sécurité

Et pour légitimer cette invasion, les Etats-Unis et leurs alliés subalternes ont cherché l’aval
du Conseil de Sécurité des Nations-Unies. La Résolution 1973 votée le jeudi 17 mars 2011
donnait ainsi les mains libres aux pays occidentaux pour mettre en application leur plan qui
n’a rien à voir avec le mandat conféré par cette Résolution. Les critiques de la Chine, de
la Russie et même de certains membres de la Ligue Arabe, comme son Secrétaire Général,
l’Egyptien Amr Moussa, montrent bien que les Etats-Unis et leurs alliés ne cherchaient
qu’une couverture légale à leur plan préparé de longue date.

En légitimant une telle expédition impérialiste, les Nations-Unies ont montré une fois de plus
qu’elles ne sont qu’un jouet entre les mains des grandes puissances. Elles ne peuvent être
d’aucun secours pour les peuples, comme le prouvent leurs échecs partout, en Afghanistan,
Côte d’Ivoire, Haïti et République démocratique du Congo.

Ce qui est encore plus choquant et même honteux dans cette Résolution c’est le soutien
apporté aux pays occidentaux par trois pays africains, l’Afrique du Sud, le Gabon et le
Nigeria, contre la Libye ! Ceci est d’autant plus choquant que même l’Allemagne s’est
abstenue et que ce sont les pays africains qui ont donné les voix nécessaires qui valident
la Résolution ! Si deux d’entre eux seulement s’abstenaient, la Résolution ne passerait pas !
Même si l’extravagant Colonel libyen suscite peu de sympathie de la part de nombre de ses
pairs du continent, il est tout de même inadmissible et révoltant de voir des pays africains
soutenir les plans de destruction d’un autre pays africain par les pays occidentaux. Si les deux
pays africains les plus susceptibles d’avoir des positions plus indépendantes vis-à-vis des
puissances occidentales peuvent capituler aussi facilement sur une question aussi cruciale,
c’est vraiment à désespérer du leadership africain !

Il est vrai que depuis son arrivée au pouvoir, le président actuel du Nigeria, Goodluck
Jonathan, a cherché à être dans les bonnes grâces de Washington. Mais l’attitude de l’Afrique
du Sud est d’autant plus étonnante et incompréhensible qu’elle a raté l’occasion de montrer
aux pays BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), qui se sont tous abstenus, qu’elle est digne de
faire partie de leur groupe. En effet, elle a été invitée par la Chine à devenir membre à part

entière de ce groupe lors de la réunion prévue à Beijing le mois prochain.

En tout cas, ce vote augure mal du rôle que pourrait jouer l’Afrique du Sud ou le Nigeria
si l’une ou l’autre arrivait à disposer d’un siège permanent au Conseil de Sécurité. Ce vote
de deux pays africains-clés constitue une gifle à l’égard de l’Union africaine et fragilise
davantage celle-ci. En effet, il est affligeant de voir deux de ses membres, et non des
moindres, ignorer l’appel lancé par l’UA pour la résolution pacifique de la crise libyenne
pour aller soutenir les pays occidentaux contre un autre pays africain ! Pauvre Afrique !
Mais au moins, l’Union africaine a maintenu son honneur sauf en condamnant les attaques
occidentales, en appelant à un cessez-le-feu immédiat et en refusant d’assister à la réunion
convoquée par la France le samedi 19 mars. Cette attitude sonne à la fois comme un désaveu
de la position des pays africains au Conseil de Sécurité, surtout de l’Afrique du Sud et du
Nigeria, et comme un appel pressant à l’union sacrée autour de la question libyenne.

Les vraies raisons de l’intervention : le contrôle des ressources libyennes.

Les déclarations d’Obama, Sarkozy et autres ne sont qu’un tissu de mensonges destinés à
masquer les vrais desseins de cette croisade impérialiste, dont le véritable et unique objectif
est de faire tomber le régime de Kadhafi et de mettre la main sur les immenses ressources de
ce pays, notamment sur son pétrole.

En effet, depuis quand Sarkozy et ses semblables se soucient-ils du sort des peuples africains,
surtout ceux d’origine arabe ? Depuis quand le président des Etats-Unis se soucie-t-il du sort
des peuples ? Mais alors, si ces Messieurs ont une seule petite fibre « humanitaire », que
faisaient-ils quand le peuple palestinien était écrasé par les bombes à fragmentations de l’Etat
sioniste ? Qu’ont-ils fait face au blocus illégal et inhumain imposé par Israël contre Gaza ?
Face à ces crimes contre l’Humanité perpétrés par l’Etat sioniste, que font Obama, Sarkozy et
les autres qui prétendent aujourd’hui voler au secours du peuple libyen ?

En vérité, ce sont des dirigeants cyniques et dont la seule préoccupation est de maintenir
l’hégémonie de leur système économique et politique : l’impérialisme. C’est un système qui
est l’ennemi juré de la liberté, de l’indépendance et de la souveraineté des peuples et nations,
partout dans le monde. Il est le principal obstacle à l’émancipation des peuples. C’est un
système despotique, tyrannique, totalitaire et sanguinaire, qui a des millions de victimes sur
la conscience. Comment les tenants d’un tel système peuvent-ils prétendre « protéger » les
populations libyennes ? Les seuls droits qui importent au système impérialiste sont les droits
de propriété d’une minorité d’exploiteurs et de criminels sans foi ni loi. La rhétorique sur les
droits humains n’est qu’un vernis destiné à masquer les desseins d’une entreprise de conquête,
de rapine et de pillage contre les peuples.

La vérité est que cette guerre, tout comme celle de l’Irak, est une guerre pour le contrôle
des ressources de la Libye. Les pays occidentaux, les Etats-Unis en particulier, étranglés par
une crise sans précédent qui confine à une crise de civilisation, voient leur hégémonie sur les
affaires du monde s’effriter face à la montée de pays du Sud, comme la Chine, le Brésil et

l’Inde. Et tous les moyens sont bons pour arrêter, ou du moins, ralentir le processus de leur
déclin inéluctable et la redistribution des cartes en cours à l’échelle mondiale. D’où le projet
de militarisation de la planète, au nom de « l’ingérence humanitaire » ou de « la lutte contre le
terrorisme » pour occuper des pays riches en ressources naturelles, notamment en pétrole.

C’est cela qui explique cette guerre impérialiste contre la Libye dont les immense ressources
pétrolières ont fini de faire perdre toute décence et retenue aux dirigeants occidentaux. Et
la prétendue « protection » de son peuple n’est que le prétexte servant de couverture à une
expédition purement impérialiste et destructrice. Leur objectif est de faire tomber le régime de
Kadhafi pour le remplacer par un régime plus accommodant pour les intérêts occidentaux.

La manière dont leur campagne se déroule le montre clairement : destructions de toutes
les infrastructures du pays (ponts ; routes ; usines ; etc.), bombardement de la résidence
de Kadhafi, destruction de tout ce qui peut s’apparenter à une « cible militaire ». Et cette
entreprise de destruction sauvage sera inévitablement accompagnée de massacres de
populations civiles –bavures collatérales, dira-t-on- celles-là même qu’Obama, Sarkozy et
toute la meute de chiens impérialistes étaient censés « protéger » !

Soutien à une authentique révolution populaire en Libye

La dénonciation de l’expédition impérialiste doit aller de pair avec le soutien à une
authentique révolution populaire contre le régime de Kadhafi. Les aspirations du peuple
libyen à la liberté et à la démocratie et son désir de mettre fin à plus de 40 ans de règne sont
légitimes et dignes d’être soutenus. C’est pourquoi quand la révolte en Libye a commencé,
nous l’avions considérée comme la suite logique de ce qui s’était passé dans la Tunisie
voisine. C’est-à-dire une révolution populaire visant à mettre fin au régime de Kadhafi - un
dirigeant mégalomane, extravagant et imprévisible- et à ses plans de dévolution monarchique
du pouvoir pour instaurer à sa place un régime démocratique. C’est pourquoi nous avions
souhaité de tout cœur la réussite de cette révolte.

Mais notre enthousiasme fut refroidi quand nous avons vu des rebelles brandir des drapeaux
de la monarchie qui avait été balayée par le coup d’état de Kadhafi. Cela montrait bien que
des forces réactionnaires avaient essayé d’utiliser les revendications légitimes du peuple
libyen à d’autres fins. Cela a été renforcé quand ceux qui se présentent comme les dirigeants
de cette révolte ont demandé aux pays occidentaux d’intervenir !

Un message que les dirigeants des monarchies arabes et des pays occidentaux ont vite
décrypté. En effet, Sarkozy a vite fait de reconnaître « le Conseil National » créé par les
opposants au régime de Kadhafi et de demander une intervention militaire contre lui. Et la
Ligue Arabe, sous la houlette de l’Arabie Saoudite et d‘autres monarchies du Golfe, se pressa
de convoquer une session extraordinaire pour appuyer une telle demande.

Cela montre bien que la révolte populaire en Libye est en train d’être instrumentalisée par
des forces et des pays dont les objectifs sont très éloignés des aspirations fondamentales
du peuple libyen. En effet, qui peut réellement croire un seul instant que les monarchies

moyenâgeuses d’Arabie Saoudite et des pays du Golfe vont soutenir une révolte réellement
populaire et l’instauration de la démocratie en Libye ? Le régime saoudien n’a-t-il pas accueilli
le dictateur sanguinaire Ben Ali ? N’a-t-il pas envoyé des troupes au Bahreïn pour protéger
une monarchie en butte à une révolte populaire ?

Ces faits montrent bien que les pays occidentaux et leurs alliés arabes ne sont pas entrés en
Libye pour soutenir les aspirations véritables du peuple libyen à la liberté et à la démocratie.
Au contraire, ils cherchent à canaliser ces aspirations à leur seul et unique profit.

Tout en soutenant le combat légitime des véritables forces démocratiques en Libye, l’Afrique
doit dénoncer avec la dernière énergie la furie sauvage des hordes impérialistes lancées contre
ce pays dont le seul et unique but est de contrôler ses ressources au détriment du peuple que
l’on prétend « protéger ».

Mots-clés