L’Afrique doit se tourner vers les BRICS pour des relations « plus justes » (économiste)

, par Demba Moussa Dembélé Ligue internationale de la lutte des peuples Vice-président du Réseau international Frantz Fanon

L’Afrique devrait parler d’une seule voix pour intensifier ses échanges commerciaux avec les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et bâtir à moyen et long termes d’autres types de relations économiques »plus justes » avec ces pays, a soutenu, samedi à Dakar, l’économiste Demba Moussa Dembélé.

« Le partenariat entre l’Afrique et les BRICS peut être gagnant-gagnant, si les institutions sont réunies. Il faut que les Etats pays africains essayent de parler d’une seule voix, de créer un autre type de relations économiques plus justes », a déclaré le président de l’Africaine de recherche et de coopération pour l’appui au développement endogène (ARCADE).

Demba Moussa dembélé introduisait une conférence publique sur le thème « Les BRICS et le système mondial », à l’origine de la Fondation Rosa Luxembourg.

Le groupe des BRICS désigne cinq pays devenus un acteur majeur de la scène économique et financière mondiale. Ces pays émergents ont annoncé en juillet dernier une nouvelle banque de développement et un fonds de réserve d’urgence communs.

« Les pays africains peuvent tirer » grand profit de leur association avec les BRICS, »parce qu’il y a une volonté de la part de ces nouvelles puissances d’avoir un type de coopération différent de celui des Occidentaux », a analysé Demba Moussa Dembélé.

Selon lui, les moyens financiers dont disposent les BRICS peuvent servir à réaliser des projets d’infrastructures, ce groupe de pays émergents ayant intérêt à promouvoir la croissance économique inclusive.

Le président de l’ARCADE a notamment cité la Chine, un pays-continent qui « a réussi à devenir le principal partenaire économique et commercial des Etats africains, en devançant, et de quelle manière, les Etats ouest-européens, les anciens colonisateurs fortement implantés ».

« La Chine occupe la deuxième place derrière les Etats-Unis parmi les 30 économies les plus importantes au monde. Selon les estimations, les BRICS représentent prés de 40% de la population mondiale avec la Chine qui a 1,34 milliard d’habitants », a souligné M. Dembélé.

Il par ailleurs relevé le succès des BRICS dans la promotion de la croissance économique inclusive, la création des emplois et la structuration du secteur de la transformation locale des produits, afin de lutter contre la pauvreté et les inégalités. Des acquis qui peuvent selon lui apporter »beaucoup d’enseignements aux pays africains ».

« L’émergence des BRICS marque la fin d’un monde unipolaire où dominait une unique superpuissance, les Etats-Unis », a-t-il affirmé, estimant que les pays du groupe BRICS »ont démontré qu’ils étaient capables de faire front » à l’Occident sur des sujets comme le commerce, l’agriculture, les finances ou encore les changements climatiques.

APS

Voir en ligne : L’Afrique doit se tourner vers les BRICS pour des relations « plus justes » (économiste)