Fanon face à Bigeard

, par Faire Vivre et Renforcer le PCF

La récente décision du gouvernement de transférer les cendres du général Bigeard aux Invalides et de le ranger ainsi au nombre des héros de la République a suscité une réelle émotion.

Bien que cette décision du candidat Sarkozy s’inspire d’une tactique électorale qui lui a réussi en 2007, à savoir attirer sur son nom par tous les moyens, y compris les plus douteux, le plus grand nombre possible de voix d’extrême-droite, elle ne peut pas masquer le fait qu’elle est une nouvelle manifestation d’un phénomène bien plus profond à savoir le cours outrageusement néocolonial de la politique de l’actuel gouvernement français.

L’enlèvement du Président Gbagbo, le renversement par la force du régime libyen et les préparatifs de « guerre civile » orchestrée en Syrie en sont une démonstration en politique étrangère, le niveau record du chômage dans les départements d’outre-mer en sont une autre en politique « intérieure ».

Honorer Bigeard c’est accepter la torture comme : « un mal nécessaire » ainsi qu’il le déclarait lui-même. Mais c’est surtout affirmer que dans ses rapports avec le colonisé, le colonisateur dévoile en torturant les limites de sa « moralité ». La torture fait donc partie intégrante du système politique colonial et Fanon qui a soigné des victimes de la torture le sait.

Relisons Frantz Fanon [1] !

L’Algérie face aux tortionnaires français
Texte de Frantz Fanon publié dans El Moudjahid, N° 10, septembre 1957

La Révolution algérienne, par l’inspiration profondément humaine qui l’anime et son culte passionné de la liberté, procède depuis trois ans à la destruction méthodique d’un certain nombre de mystifications... (lire la suite en cliquant sur le lien ci-dessous)

http://lepcf.fr/FANON-FACE-A-BIGEARD#forum430