Cercle Frantz Fanon de la Martinique Fondateur Marcel Manville

Articles de cette rubrique

  • La Barbarie d’Israël

    , par Victor Permal

    Comment l’antisémitisme a-t-il pu prendre la forme d’une tentative de génocide des Juifs, en Europe ? Comment est né cet antisémitisme ?
    Aujourd’hui, comment l’Etat d’Israël peut-il, avec de surcroît ce cynisme affiché tenter le génocide du peuple Palestinien ? Comment est née cette volonté de nier les palestiniens ? Les horreurs des bombardements à GAZA par l’armée d’Israël mettent à nu cette volonté de détruire le Peuple Palestinien, sans qu’interviennent de manière déterminante les pays se posant comme défenseurs des droits de l’homme.
    Personne (ni peuple ni Etat) ne peut justifier cette barbarie.
    La guerre menée par Israël est folie pure.
    Pourquoi les Pays européens et les USA sont-ils solidaires des actes de l’Etat d’Israël ? Est-ce parce (...)

  • Message au Parti Progressiste Martiniquais

    , par Victor Permal

    Cercle Frantz FANON
    Fondateur Marcel MANVILLE
    MESSAGE AU P.P.M
    « NOUS MONTONS
    NATTES DE PENDUS DES CANEFICES
    (LE BOURREAU AURA OUBLIE DE FAIRE LEUR DERNIERE TOILETTE)
    NOUS MONTONS
    BELLES MAINS QUI PENDENT DES FOUGERES ET AGITENT DES
    ADIEUX QUE NUL N’ENTEND
    NOUS MONTONS
    LES BALISIERS SE DECHIRENT LE CŒUR SUR LE MOMENT PRECIS
    OU LE PHENIX RENAIT DE LA PLUS HAUTE FLAMME QUI LE CONSUME »
    SPIRALES----AIME CESAIRE
    LE CERCLE FRANTZ FANON PARTAGE AVEC LES MILITANTS DU PARTI PROGRESSISTE MARTINIQUAIS LES SENTIMENTS DE SOLITUDE LIES AU DECES DE MONSIEUR AIME CESAIRE ,FIERTE DE NOTRE PEUPLE.
    LE CERCLE SOUHAITE QUE LA PENSEE DE AIME CESAIRE ALIMENTE (...)

  • Message de condoléances "Césaire n’est plus"

    , par Victor Permal

    Cercle Frantz FANON
    Fondateur Marcel MANVILLE
    COMMUNIQUE
    Le cercle Frantz FANON EXPRIME AUX ENFANTS DE MONSIEUR AIME CESAIRE ET A TOUTE SA FAMILLE SES RESPECTUEUSES CONDOLEANCES. VOEUX DE SEREINE PAIX.
    IL SOUHAITE QUE DEMEURE LA PENSEE DE MONSIEUR CESAIRE ET QUE CETTE PENSEE ENRICHISSE NOS LUTTES COMMUNES ET CONJOINTES POUR UNE MARTINIQUE SE LIBERANT DE SES ALIENATIONS.
    « IL N’Y A PAS DANS LE MONDE, UN PAUVRE TYPE LYNCHE, UN PAUVRE HOMME TORTURE, EN QUI JE NE SOIS ASSASSINE ET HUMILIE »
    Aimé Césaire (et les chiens se taisaient)
    Victor PERMAL
    Président du
    cercle Frantz (...)

  • Passage d’une conscience soumise à une conscience libératrice sous l’éclairage de Frantz FANON

    , par Victor Permal

    « Je demande que l’on me considère à partir de mon désir. Je ne suis pas seulement ici et maintenant, enfermé dans la choséité. Je suis pour ailleurs et pour autre chose. Je réclame qu’on tienne compte de mon activité négatrice en tant que je poursuis autre chose que la vie ; en tant que je lutte pour la naissance d’un monde humain, c’est-à-dire d’un monde de reconnaissances réciproques » Frantz FANON, Peau noire et masques blancs
    Voilà posée d’emblée l’utopie de Frantz Fanon et dans laquelle je me sens chez moi ; cette fanonienne formulation ressemble bien à cette autre « UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE ». Il faut rendre visible, crédible, fiable, la vraisemblance de ce monde. C’est ce à quoi, me semble-t-il, s’attachent tous ceux qui, éprouvant une certaine nausée devant les ravages du capital luttent, où qu’ils se trouvent, quelle que soit leur appartenance ethnique, pour l’organisation du monde en humanité (...)

  • 23/01/07 : Frantz Fanon, une pensée d’hier face au choc des civilisations actuel...

    , par Victor Permal

    Premier préalable (Les Damnés de la Terre) :
    « ... il importe de ne point parler rendement, de ne point parler intensification, de ne point parler rythmes. Non, il ne s’agit pas de retour à la Nature. Il s’agit très concrètement de ne pas tirer les hommes dans des directions qui les mutilent, de ne pas imposer au cerveau des rythmes qui rapidement l’oblitèrent et le détraquent. Il ne faut pas, sous le prétexte de rattraper, bousculer l’Homme, l’arracher de lui-même, de son intimité, le briser, le tuer. »
    Deuxième préalable :
    « Encore une fois, l’objectif du colonisé qui se bat est de provoquer la fin de la domination mais il doit également veiller à la liquidation de toutes les non-vérités fichées dans son corps par l’oppresseur. »
    Fanon a commencé par traquer chez lui l’aliénation qui lui semblait la plus fondamentale, c’est à dire admettre ce que l’on disait avant lui du noir ou du nègre. Il a interrogé (...)